¡ Aborto legal para no morir !

¡ Aborto legal para no morir !

Aujourd’hui, pour des questions notamment religieuses, l’avortement est interdit en Argentine, sauf dans les cas de viol ou de mise en péril de la vie de la mère…

Chaque année, environ 500 000 femmes passent ainsi par un avortement clandestin, à défaut de pouvoir se payer une clinique privée, ou à défaut d’autorisation exceptionnelle devant être accordée par des autorités judiciaires peu conciliantes (pour ce qui concerne les cas les plus horribles…).

La mort des suites d’avortement clandestin constitue la principale cause de décès maternel dans le pays…

Ce mardi 10 avril 2018, j’ai revêtu le foulard vert devant le congrés national argentin.

Pourquoi ?
Comme symbole de solidarité avec toutes les argentines et tous les argentins qui demandent l’accès, pour les femmes, au droit à la vie. L’accès au droit de disposer de leur propre corps.

Des manifestations comme celle-ci, il y en a chaque semaine devant le congrès.

Elles sont organisées depuis le début des nouveaux débats ouverts sur le projet de loi pour un « avortement légal, sûr et gratuit »
(ça fait quand même 7 fois que ce projet est remis sur la table..).

À ma grande surprise, étaient présentes à la manifestation de nombreuses filles souvent très jeunes, mais aussi des garçons du même âge !

Démonstration d’une transformation profonde des mentalités chez les générations actuelles et à venir. Signe d’une montée en puissance des mouvements féministes en Amérique du sud. Le gouvernement ne devrait plus pouvoir reculer encore bien longtemps…!

Je tenais à en parler et cela fait aussi partie de mon projet de voyage, vous raconter un peu ce qu’il se passe, de l’autre côté de l’Atlantique, en matière de luttes féministes, écologiques et en matière de reconnaissance de droits fondamentaux humains… !

Il n’y a plus qu’à espérer que ce projet de loi se concrétise rapidement…

À très vite 💋👧💪

 

 

Laisse-moi un petit mot :)

Vous aimez ce blog ? Parlez-en autour de vous :)

%d blogueurs aiment cette page :